Malgré leur nom barbare, les glenz vectors sont tout simplement des objets en 3D composés de polygones, plus précisément de triangles. Ajoutons qu’un triangle sur deux est généralement blanc, tandis que l’autre est coloré et qu’un effet de transparence permet de voir à travers l’objet. Si ma description ne vous semble pas claire, que pensez-vous des illustrations suivantes ?

Là je suis sûr que ça vous parle plus, et encore, il vous manque le mouvement.
Un petit « coup de barre » passager dans la démo Overdose du groupe Aggression.

 

Tourne petit glenz vector, tourne !

Très présents dans les années 90, les glenz vectors sont généralement des formes simples, enfin ça dépend du talent de celui qui les programme car étant donné qu’ils sont composés de triangles (de polygones donc), il faut être capable non seulement d’imaginer leur conception mais également de les faire se déplacer avec fluidité.

De bien beaux exemples à voir en vidéo plus bas.

Dans la démo If Pigs Could Fly du groupe The Syndicate, on a droit à quelques glenz vectors vraiment beaux, gros et fluides ! Un spectacle un peu court mais très appréciable.

En général, on trouvera donc de petits glenz vectors, d’autres plus grands et très rarement on sera bluffé par l’effet obtenu comme dans les deux exemples suivants :

  • D’abord avec non pas 1 mais bien 2 glenz vectors qui en plus de se mélanger, se déplacent continuellement bien entendu. Extrait de la mythique démo Illusion de Dune.
Avec Dune chaque écran est toujours un bonheur tant les couleurs et le design sont au top !
  • Deuxième exemple avec cette « course aux chiffres« . Si un glenz vector se compose généralement de plusieurs dizaines de polygones, celui qui est affiché dans la démo Virtual Escape du groupe Equinox, annonce pas moins de 192 triangles ! Je ne les ai pas comptés, mais il est évident que l’objet obtenu est bien plus complexe que ceux auxquels on a été habitués.
En plus du nombre de polygones, on sera sensible à la « décoration » de cet écran sorti de la démo Virtual Escape.

La grande classe avec cet effet consiste à faire « morpher » le glenz vector, c’est à dire qu’en cours de route (et tandis qu’il est toujours en mouvement bien entendu), l’objet change de forme passant par exemple d’un carré à une pyramide ou à une forme plus étirée.

Ci-dessus une belle démonstration de glenz vectors avec changement de forme et de couleurs. Et ce n’est que la fin de la très sympathique Beachtro du groupe Hemoroids.

 On continue avec les glenz vectors en pleine forme de la démo If Pigs Could Fly :

On se fait plaisir pour finir avec ce superbe glenz vector visible dans la tout aussi superbe démo Braindamage du groupe Aggression.

 

 

Publicités