Le colour cycling n’est pas un effet comme les autres. En fait, comme son nom l’indique, c’est surtout un effet de couleurs. Je vous rappelle avant tout que l’Atari ST, apparu en 1985, ne peut afficher que 16 couleurs simultanément contre 16 millions pour les PC actuels. Heureusement, les codeurs ont assez vite réussi à franchir cette barrière théorique et à afficher bien plus de couleurs soit dans des dessins (écrans fixes) soit dans des effets (écrans en mouvement).

L’un de ces trucs c’est la technique du colour cycling qui consiste littéralement à changer la palette de couleurs d’un écran pour donner une impression de mouvement tout en offrant une explosion de couleurs. C’est, je pense, une technique notamment utilisée pour créer les wormholes.

Cela permet surtout d’obtenir des écrans aux motifs et couleurs carrément psychédéliques comme en atteste l’illustration suivante tirée de la démo Bedlam du groupe Chaos :

A voir en mouvement et oubliez les 16 couleurs de base.

Le groupe Chaos étaient décidément fan du colour cycling puisque la même année, en 1992 en l’occurrence, ils sortirent une autre démo appelée Ambience toujours aussi hypnotique et haute en couleurs ! D’ailleurs pour être honnête la démo est un défilement d’effets stroboscopiques. 🙂

Ne regardez pas cette image trop longtemps ! 🙂

Mais le groupe n’était pas le premier a s’essayer à ce genre de d’effet. On trouve un très bel exemple dans l’un des écrans de la megadémo Syntax Terror de Delta Force. Êtes-vous prêt à en voir une illustration ?

Voilà ce qui s’appelle en prendre plein les yeux !

Après, je dois avouer que aussi divertissant soit-il, ce genre de spectacle peut assez vite devenir difficile à regarder sans attraper un mal de tête phénoménal. 🙂 Et surtout, l’inconvénient du colour cycling c’est qu’il oblige à garder un seul motif et à en modifier les couleurs d’où une certaine lassitude (à ne pas confondre avec les plasmas qui eux changent de forme).

Pendant longtemps donc, plus d’écrans colorés comme les exemples cités plus haut. Et puis, en 2011 le groupe Blabla a révolutionné cet effet, entre autres, en réussissant à le combiner à d’autres effets ou bien à des dessins comme dans l’exemple ci-dessous tiré de la démo Japan Beauties :

Le groupe Blabla est désormais connu pour ses techniques impressionnantes permettant d’utiliser plusieurs centaines de couleurs en toutes occasions ! Ils sont également à l’origine d’un lecteur vidéo exceptionnel et très coloré !

Depuis 2011 ce groupe a remis le colour cycling au bout du jour : toutes leurs démos offrent plusieurs centaines de couleurs sur des effets « classiques » comme des tunnels, twisters,, rotozoom et bien d’autres. Attention, j’ai bien conscience qu’il ne s’agit pas de color cycling dans la majorité des cas. En revanche, l’extrait suivant de la démo Circus Back²Stage en est bien :

Avant que je ne m’emmêle les pinceaux, je conclus cet article avec un hommage bien mérité aux deux démos de Chaos qui sont entièrement dédiées au colour cycling. Profitez du spectacle mais n’en abusez pas ! 🙂

 

 

Publicités